image du film.MONGIBELLO (CARNET FILMÉ : 29 octobre 1996 – 14 novembre 1997)

Année : 1997. Durée : 58'

Fiche technique :
Réalisation, image, concept, montage : Gérard Courant.
Chansons : Sheila, Alain Barrière, Dalida, Silvana Mangano, Marie Laforêt, Fairouz, Léo Ferré.
Musique : André Verchuren.
Production : La Fondation Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l'Art Cinématonique.
Interprétation : Paul Amar, Christophe Malavoy, Gérard Courant, Pierre Merejkowsky, Laurent Ausset, Nathalie Marcoul, Ivica Pinjuh, Denis Champeau, François Rosolato, Jean-Marc Manach, Joseph Morder, Dominique Laudijois, Wasthie Comte, Jean-Marc Champeau, Laurent Jalabert, Gilbert Duclos-Lassalle, Daniel Mangeas, Josette Leulliot, Raphaël Géminiani, Jean-Marie Audigier, Solange Mounier, Caroline Pérel, Franck Pouchet, Bernard de Chanaleilles, Jean-Luc Peyrelon, Jean-Marc Teyssier, Jean-Louis Rouzet, Jean Mounier, Serge Fargier, Bastien Lavaud, Simon Lavaud, Jean-Marc Lavaud, Sylvie Courant, Serge Czarnecki, Iris Czarnecki, Odile Courant, Jean-Luc Delarue, Dany Boon, Valérie Lemercier, Rupert Everett, Lambert Wilson, Élie Kakou, Vanessa Demouy, Véronique Genest, Chris Leblanc, Frédéric Dutourd, Alain Paucard, Philippe Pastorino, Vladimir Volkoff, Florence de Baudus, Jean Dutourd, Dominique Noguez, Marcel Mazé, Sylvie Pelayo, Valentin Fiume-Freddo, Mouna, Marc Vidal.
Tournage : 29 octobre 1996 au 14 novembre 1997 à Châteauroux (France), Paris (France), Taormina (Italie), Saint-Maurice (France), le Vivarais (France), Lachamp-Raphaël (France), Burzet (France), Villefranche-sur-Saône (France), Deauville (France), Moncton (Canada).
Format : Super 8 mm.
Cadre : 1,33.
Caméras : Nizo, Bauer.
Pellicule : Kodachrome.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BnF (Bibliothèque nationale de France), Paris (France).
Première projection publique : 12 décembre 1997, Festival du Cinéma Indépendant à Châteauroux (extrait).
Dédicace : Le film est dédié à Jean Dutourd.

Présentation >>>

Mongibello (29 octobre 1996 au 14 novembre 1987) est un épisode des Carnets filmés de Gérard Courant tourné à Châteauroux, Paris, Taormina, Saint-Maurice, dans le Vivarais, à Burzet, Villefranche-sur-Saône, Deauville et Moncton, dans le Nouveau Brunswick au Canada.
Les principales séquences de Mongibello :
-Un sujet Cinématon sur la chaîne de télévision Paris Première.
-Le Festival du cinéma indépendant de Châteauroux fête ses dix ans d'existence.
-Le Bois de Vincennes.
-Taormina et l'Etna.
-Vue sur le sud-est de la région parisienne.
-Le prologue de Paris-Nice remporté par Laurent Jalabert.
-L'ancien champion cycliste Raphaël Géminiani.
-Le café Le Bastille à Paris.
-Le plateau du Vivarais et Lachamp-Raphaël, le village le plus élevé d'Ardèche (1329 mètres).
-Le chemin de croix du Vendredi saint à Burzet en Ardèche.
-Réunion familiale à Villefranche-sur-Saône.
-En tournage à Deauville avec l'équipe de télévision C'est l'heure sur France 2 puis en plateau à Paris dans cette émission.
-Le festival du film francophone en Acadie à Moncton (Canada).
-Participation au film Contre le temps et l'effacement, Boris Lehman... réalisé par Denys Desjardins.
-Le tournage du Cinématon numéro 1855 de Chris Leblanc filmé par Denys Desjardins.
-Le Cinématon de Chris Leblanc.
-La manifestation pour la défense de la langue française : Langue trahie république avilie.

Critique >>>

MONGIBELLO - MELANCOLIA

Adios amor, era troppo felice, tutto finito, ricordo da lei, resto qui a piangere… quand Sheila, Dalida, Marie Laforêt (…) chantent en italien, la bande son donne le ton. Le volcan en décembre à Taormina n’est pas incandescent. La douleur est presque froide. Evoquée.

Tout ce carnet filmé d’octobre 96 à novembre 97 est comme un prototype du carnet filmé de Gérard Courant : « toutes sortes d’éléments épars, l’ensemble tenant à la fois du journal de l’écrivain et du cahier d’esquisses du peintre ».

Saint-Maurice, Paris, le Vivarais, l’Ardèche, la Saône-et-Loire, Deauville, le Canada… Il y a des séquences de vélo, de chemin de croix, de vie familiale, de manif parisienne… la vie quoi. Un carnet filmé.

L’année est riche de rencontres, d’interviews, d’éclairages. Le cinéaste exprime ainsi à plusieurs reprises son art de filmer : « je travaille sur le temps… quand on fait un film, on le fait avec ses tripes… je mets mon vécu sur l’écran, c’est un essai à la première personne… » . Il parle aussi de ses cinématons, il explique, argumente. Bizarre ? Vous avez dit bizarre ? C’est pourtant simple. Trois minutes et demi pour se mettre à nu.

(Noëlle Roth, 2 avril 2022)



NOTRE LANGUE SAUVAGEMENT PIÉTINÉE

14 novembre 1997. Une manifestation ayant pour thème : "Langue avilie, patrie trahie" part de l'Institut en direction du Sénat. On y croise Jean Dutourd (auquel ce carnet filmé, qui traite aussi d'autres sujets, est dédié), Vladimir Volkoff, Dominique Noguez. Et c'est tout ? Les trois sont morts et on n'en trouve pas d'autres, alors que notre langue n'est plus seulement avilie, mais sauvagement piétinée ?

(Alain Paucard, 14 mai 2022)




 


gerardcourant.com © 2007 – 2022 Gérard Courant. Tous droits réservés.