SYMPHONIE de BORIS LEHMAN.

Cinéma 81 n° 270, juin 1981.

Romain Schneid, le héros malgré lui de Symphonie de Boris Lehman est à la fois Jacob Ravinovitch et Romain Schneid. Il est juif et il habitait Bruxelles pendant l’occupation nazie, caché, dans l’impossibilité de sortir d’un minuscule appartement. Il en a conservé une claustrophobie qu’il ne cesse de soliloquer. Et Symphonie, c’est ça : comment, par la force de l’imagination, s’évader de sa propre claustrophobie tout en gardant les pieds sur terre. Romain Schneid joue à être Jacob Rabinovitch. Il le devient tout en restant Romain Schneid. Ce personnage qu’on a déjà vu chez Boris Lehman (dans l’incroyable Magnum Begynasium Bruxellense) est un être troublé et troublant. Sa pauvre chair rend manifeste, sensible, toutes les cruautés qu’un corps peut supporter et tolérer pour continuer à vivre. En combinant la fiction avec la réalité, Boris Lehman arrache le voile de la peur de Romain Schneid. Peur de la réalité. Peur de lui-même. Peur de ses réactions face à la réalité. Peur du bonheur. Et peur suprême : peur de la peur. En dépit de conditions matérielles aléatoires, Symphonie est un petit chef d’oeuvre de mise en scène. Dans ce film en noir et blanc qui renforce ce climat de claustration, ces images se détachent ostensiblement de la mémoire des juifs qui luttèrent contre le nazisme.

Gérard Courant.

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.