WAVELENGTH de MICHAEL SNOW.

Art press, n° 25, février 1979.

Wavelength (1967) est, en apparence, fait d’un seul plan : un zoom avant continu de 45 minutes, accompagné d’un son sinusoïdal de plus en plus aigu, qui débute, en un plan large, dans un atelier de peintre pour, à l’issue d’un rétrécissement continu du cadre (du regard, de l’attention), terminer son « voyage » sur une photo de vagues, de quelques centimètres de côté. En vérité, Wavelength n’est pas constitué que d’un plan mais d’une multitude et le travail de montage y est particulièrement soigné et subtil. Snow se livre à toutes sortes de travaux structurels : clignotements, surimpressions, coloration et utilisation de pellicules de différentes sensibilités, etc. Simultanément à ces « jeux » visuels, Snow incorpore des moments (des « événements ») dont la fulgurance et l’étrangeté sont des points de départ de fiction, des ébauches de récit, dont le plus saisissant est l’effondrement d’un homme (mort ?) à la limite inférieure du cadre, « effacé » instantanément par le mouvement avant du zoom. Dans ses effets, Wavelength s’apparente à ces états qui ne s’acquièrent que par l’absorption de substances chimiques qui transforment la perception (tel le L.S.D.) et font que le regard se fixe intensément, longuement sur un objet.

Gérard Courant.

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.