DURAS FILME de JÉRÔME BEAUJOUR et JEAN MASCOLO.

Cinéma 82, n° 277, janvier 1982.

On n’a pas besoin de se frotter les yeux pour trouver passionnant cette vidéo filmée pendant le tournage d’Agatha. Il suffit de bien la regarder et de bien l’entendre pour comprendre qu’on est devant un de ces OVNI qui vous font chaud au coeur. Ça montre que la bonne volonté, + l’amour du travail bien fait, + une certaine précision dans le regard, + une passion pour l’oeuvre filmée en train de se faire peut aboutir au plus tonitruant des documents sur une cinéaste au travail.

Côté interview, cette bande de Jean Mascolo qui, dans la vie de tous les jours, a l’avantage d’être le fils de Madame Duras, et Jérôme Beaujour gagne sur tous les tableaux. Marguerite s’y livre, comme Orson Welles dans Filming Othello, comme Billy Wilder dans Portrait d’un homme à 90% parfait, comme Godard dans la version télévisée de Sauve qui peut (la vie), comme Schroeter dans La Répétition générale.

Comment notre prêtresse du Tonkin s’y prend-elle pour être autant à l’aise dans ce nouveau jeu d’acteur qui est devenu le sien ? Sans aucun doute parce qu’à tout gommer, effacer les acteurs, à anéantir le mouvement, à épurer son discours, à jeter par dessus bord le superflu, il ne reste plus rien sauf... elle.

Marguerite Duras ne serait-elle que la maîtresse du cinéma ? Duras filme est là pour le prouver. « Elle » parle. « Elle » dit. « Elle ». Pourquoi « Elle » ? Parce qu’elle s’envole vers les sphères inhabitées où elle peut agir au nom de Dieu. Puisqu’il n’existe pas ! C’est le premier film de Jean Mascolo et Jérôme Beaujour et le dernier film de Marguerite Duras, ce qui ne laisse pas de donner une oeuvre assez dingue et totalement burlesque.

Tout se passe en effet comme si la présence d’admirateurs convaincus suffisait à propulser Marguerite de Calcutta, très à l’aise devant la caméra, sur la planète Agatha. En l’occurrence, ce n’est rien d’autre que le plaisir pur et simple de parler de tout et de rien sans se cacher derrière les mots.

Gérard Courant.

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.