SAMEDI À JUSSIEU : UNE JOURNÉE DE CINÉMA DIFFÉRENT.

Programme projection Université Jussieu, 4 décembre 1976.

Ce samedi 4 décembre 1976 de 14 heures à 22 heures, dans une journée non stop, la Coopérative des cinéastes – organisme nouvellement créé de diffusion de films expérimentaux et différents – présentera une quinzaine de ses réalisations (courts et longs métrages) à la faculté de Jussieu (amphi 24).

Convaincue que l’art du cinéma n’a rien à voir avec les produits de l’institution/industrie cinématographique (« le cinéma commercial », disait Peter Kubelka, « est en marge de l’art du cinéma »), où le concept dominant de rentabilité rejette tout travail réel sur l’image se sur le son, la Coopérative des cinéastes présentera les diverses orientations que prend aujourd’hui le cinéma dit différent en France et à l’étranger.

« Le cinéma que l’on présente ici est difficile à qualifier. En vérité, il n’a pas besoin de qualificatifs : c’est le cinéma même. » (Dominique Noguez, dans Une histoire du cinéma). Un cinéaste indépendant est un créateur tout à fait conscient de son art, du pouvoir qu’exerce l’image et le son et des effets que produisent ses films. Son cinéma s’oppose aux films robotisés du cinéma de consommation, par ses conditions de production (autofinancement) et de distribution (auto-diffusion). D’autres enjeux, bien sûr, interviennent comme la question esthétique où les préoccupations formelles sont mises en avant.

C’est un cinéma en lutte où normalité et rationalité sont balayées, éjectées. Il est indispensable que ceux qui veulent découvrir cet autre cinéma que nous proposent – plutôt, nous imposent – les salles commerciales, ceux qui estiment que la diffusion du cinéma différent en France est scandaleuse, qu’elle est aux mains d’une classe bourgeoise et que c’est aux cinéastes de diffuser eux-mêmes leurs films – et non aux marchands – ceux-là sont conviés de participer à cette journée de cinéma. Elle est la première manifestation organisée par la Coopérative des cinéastes dont le but est de montrer et de promouvoir en France toutes les tentatives, anciennes et nouvelles, de recherche d’un cinéma décongestionné, désaliéné, un cinéma qui un jour – tôt ou tard – remplacera les guignoleries et les pitreries des monopolisateurs de la culture.

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.