image du film.DERRIÈRE LA NUIT (CARNET FILMÉ : 1er janvier 1999 – 31 décembre 1999)

Année : 1999. Durée : 1 H 22'

Fiche technique :
Réalisation, image, conception sonore, montage : Gérard Courant.
Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon.
Interprétation : Boris Lehman, Amal Kharrat, Antoine-Marie Meert, Laurent d’Ursel, Gérard Courant, Dragoslava Koprivica, Daniel S. Schiffer, Alain Paucard, Frédéric Dutourd, Philippe Pastorino, Marc Cohen, Pierre Chalmin, Roland Castro, Jean-Marie Audigier, Odile Courant, Iris Czarnecki-Courant, Louison Czarnecki-Courant, Katja Sambeth, Joseph Morder, Dominique Noguez, Isabelle Fermon, Gérard Louis-Clément, Arnaud Mathey-Dreyfus, Ann Vorms, Jean-Daniel Bécache, Françoise Michaud, Marcel Hanoun, Estelle Courtois, Ann Arnold, Arnaud Boland, Éric Borg, Frédéric Bouglé, fils Londeix, Hugues Deltell, Claire Dumazé, Olga Jirouskova, Irène Lambelet, Georges Londeix, Bénédicte Mallet, Pierre Martot, Pierre Merejkowsky, Jean-Claude Moireau, Dominique Païni, Guy Pezzetta, Yves-Marie Rollin, Salah Sermini, Gérard Tallet, Raphaël Bassan, Mara Pigeon, Gwennaël Breës, Zouzou, Jackie Raynal, Serge Bard, Jacques Baratier, Caroline Garrel, Esther Garrel, Léna Garrel, Philippe Garrel, Garcia, Jacques Boissonnas, Laura Duke Condominas, Serge T, Caroline de Bendern, Sally Shafto, Jean-Paul Sarré, Catherine Baratier, Alain Dister, Patrick Deval, Ester de Miro, Marcel Mazé, Altinay Kislali, Camille Aubaude, Martin Gambier, Patrick Javault, Tatiana Kecojevic, Pierre Laudijois, Martin Laudijois, Dominique Laudijois, Robert Kramer (extrait de son Cinématon), Pip Chodorov.
Tournage : Bruxelles (Belgique), Gand (Belgique), Paris (France), le Vivarais (France), Burzet (France), Jarnioux et le Beaujolais (France), Resson (France), Ankara (Turquie), Eskisehir (Turquie), Strasbourg (France), Nantes (France).
Format de tournage : Super 8 mm.
Pellicule : Kodachrome.
Format de diffusion : Vidéo.
Cadre : 1,33
Procédé : Couleur et Noir et blanc.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Principales manifestations :
Forum International du Jeune Cinéma, Berlin (Allemagne) 2007.
Gulf Film Festival, Dubaï (Émirats Arabes Unis) 2011.

Présentation >>>

RÉSUMÉ (FRANÇAIS)

Derrière la nuit est l'épisode qui recouvre la période du 1er janvier 1999 au 31 décembre 1999 de mes Carnets filmés.

On y trouve certains thèmes récurrents : les voyages, les paysages désolés (en particulier du Vivarais), l'amour du Cinéma, le plaisir de déambuler dans les villes, les à-côtés de mes tournages (dans cet épisode, du Journal de Joseph M).

On y rencontre aussi les mêmes obsessions et les mêmes préoccupations : l'influence des saisons, la fascination des visages, le goût des couleurs, l'importance de la mémoire des lieux et des hommes.

Saint-Maurice et le bois de Vincennes, Bruxelles, Gand, Burzet, Ankara, Esquisehir, Paris, Resson, Strasbourg, Nantes, sont les lieux qui jalonnent Derrière la nuit. On y voit de nombreux personnages de mes films : Boris Lehman, Françoise Michaud, Dominique Noguez, Raphaël Bassan, Marcel Hanoun, Dominique Païni, Noël Godin, Philippe Garrel, Jackie Raynal, Alain Paucard, Pierre et Dominique Laudijois, Pip Chodorov, Robert Kramer, etc.

(Gérard Courant)



RÉSUMÉ (ENGLISH)

Some recurring (classic) themes: travelling, desolate landscapes, the pleasure of strolling through the city, to the sides of my shoots (Le Journal de Joseph M).

(G. C.)

Critique >>>

Courant explique que ses Carnets filmés sont une manière de journal littéraire. En fait, on y trouve deux modèles apparemment contradictoires de carnets et de journaux. Les Carnets filmés n’ont rien de commun avec Léautaud ou Edmond de Goncourt parce que ceux-là affirment, tempêtent quand Courant ne prend pas d’autre position que celle de la caméra (avec ou sans pied). Ce sont à la fois des carnets de croquis, des « petits riens des grands maîtres » – et, à ce jeu, Courant est un peintre ; je pense à ces vues du bois de Vincennes prises depuis son ancienne thébaïde – et des journaux littéraires, oui, mais qui se contentent de noter les rencontres, bref, un agenda concis, jamais sec pour autant, mais en fin de compte précis, du Benjamin Constant.

(Alain Paucard, 18/VII/2008)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.