image du film.LA CIPALE D’ARNAUD DAZAT (CARNET FILMÉ : 4 septembre 2002)

Année : 2002. Durée : 31'

Fiche technique :
Réalisation, montage : Gérard Courant.
Image : Isabelle Fermon, Gérard Courant.
Son : Jean-Daniel Bécache.
Interprétation : Gérard Courant, Arnaud Dazat.
Production : Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, La Fondation Gérard Courant (avec le concours du Centre National de la Cinématographie, de Jakaranda et Aqui TV).
Distribution : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 4 septembre 2002 à Paris (France).
Format : Vidéo DVcam.
Cadre : 1,33.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque nationale de France), Paris (France).


Présentation >>>

Situé dans le Bois de Vincennes à Paris (France) et inauguré en 1894, le vélodrome de la Cipale fut le théâtre des Jeux Olympiques de 1900 et 1924, de l'arrivée de 7 Tours de France (1968 à 1974) et du célèbre Grand Prix de Paris (1894 à 1993). Cette dernière compétition fut, pendant longtemps, la plus importante épreuve de vitesse sur piste au monde.

Membre fondateur du groupe "Panache" (avec Olivier Dazat et Pierre-Henri Janssen qui eut le bonheur de rouler avec Pierre Trentin et Daniel Morelon sur cet anneau de 500 mètres), et familier, à partir du début des années 1970, de ce vélodrome parisien, Arnaud Dazat raconte ses rencontres avec les champions routiers et ceux de la piste qui usèrent leurs boyaux sur cet anneau mythique.

Dans La Cipale d'Arnaud Dazat (2002), il évoque les pitreries de Barry Hoban, les sprints rageurs de Gerben Karstens, Cyrille Guimard, Walter Godefroot ou Jacky Mourioux et les courses derrière moto avec Monsieur Bordeaux-Paris, le keatonien et énigmatique Herman Van Springel. Il raconte aussi les Grands Prix de Paris avec les champions de l'Est qui inondèrent de leur classe les dernières éditions : Lutz Hesslich, Michael Hubner, Sergeï Kopylov. Il n'oublie pas les champions français des années 1990 avec Frédéric Magné et les cousins Laurent et Hervé Gané.

Arnaud Dazat rend un hommage émouvant et appuyé à deux hommes qui ont éclairé la Cipale (rebaptisée en 1987 "Vélodrome Jacques Anquetil") dans le dernier quart du XXe siècle : Michel Scob qui organisa les jeudis, puis les mercredis de la Cipale, consacrés aux jeunes, et Amédée Détraux, le champion Néo-Calédonien, qui savait faire régner une ambiance conviviale et drôle dans ce lieu parisien champêtre d'un autre temps.

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.