image du film.IL FAUT LE SAUVER ! (ENTRETIEN AVEC WERNER SCHROETER) (CARNET FILMÉ : 8 mars 1980)

Année : 1980. Durée : 59'

Fiche technique :
Réalisation, concept, image, son, effets spéciaux : Gérard Courant.
Production : Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, La Fondation Gérard Courant.
Voix : Werner Schroeter, Gérard Courant, Gualberto Ferrari, Bilio Tsoucala.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Enregistrement : 8 mars 1980 à Paris (France).
Format : Vidéo DV.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur.
Collections publiques :
BNF (Bibliothèque nationale de France), Paris (France).
Cinémathèque de Bourgogne-Jean Douchet, Dijon (France).
Sortie DVD : Juillet 2012, éditions L’Harmattan, Paris (France).
Dédicace : Le film est dédié à Ingrid Caven.

Présentation >>>

Il faut le sauver ! (entretien avec Werner Schroeter) est la captation sonore, réalisée le 8 mars 1980, d’un entretien que Gérard Courant a eu avec Werner Schroeter à propos de Palermo oder Wolfsburg, film qui avait reçu quelques jours plus tôt l’Ours d’or du Festival de Berlin.

Dans un deuxième temps, Gérard Courant a mis cette bande sonore en image en utilisant des photos, affiches, programmes, extraits des films de Werner Schroeter ainsi que des collages créés pour la circonstance.

Critique >>>

UN ENTRETIEN PRÉCIEUX AVEC WERNER SCHROETER

Autre cinéaste-poète, Schroeter évoque son amour pour l'opéra et en profite pour cracher sur « les films opéras » à la Don Giovanni de Losey. De la même manière, il se montre très sévère pour Buffet froid et Alien dans Il faut le sauver !

(...) A la fin de Il faut le sauver ! (entretien précieux avec Werner Schroeter au moment de la présentation de Palermo qui venait d'obtenir l'Ours d'or à Berlin), Gérard Courant demande au cinéaste allemand s'il accepterait de se prêter au jeu de son Cinématon. Schroeter semble accepter de bonne grâce mais pour des raisons que j'ignore (le manque de temps, sans doute), ce film ne se fera malheureusement jamais. Et d'une certaine manière, on peut dire que si les Carnets filmés du cinéaste sont le prolongement de Cinématon par d'autres moyens, c'est tout simplement parce qu'ils lui permettent de garder malgré tout une trace des personnalités qu'il a côtoyées (il a, par exemple, beaucoup filmé Moullet qui n'a pourtant jamais tourné son Cinématon).

(Docteur Orlof, Le Blog du Docteur Orlof, 13 décembre 2012)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.