image du film.VINCENT NORDON, MARGUERITE DURAS, KENJI MIZOGUCHI ET LE JAPON (CARNET FILMÉ : 27 février 2011 – 28 février 2011)

Année : 2011. Durée : 1 H 42'

Fiche technique :
Réalisation, concept, image, son, montage : Gérard Courant.
Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, La Fondation Gérard Courant.
Interprétation : Vincent Nordon, Nicholas Petiot, Aurélie Coqblin, Geoffroy Aubert.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 27 et 28 février 2011 à Dijon (France),
Format : Vidéo MiniDV.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur et Noir et blanc.
Collection publique :
BNF (Bibliothèque nationale de France), Paris (France)
Cinémathèque de Bourgogne-Jean Douchet, Dijon (France).
Sortie DVD : Éditions L’Harmattan, Paris (France), novembre 2012.




Présentation >>>

Vincent Nordon, Marguerite Duras, Kenji Mizoguchi et le Japon est la quatrième rencontre entre Gérard Courant et le cinéaste et écrivain Vincent Nordon qui fait suite à une première, intitulée Vincent Nordon raconte Straub, Huillet, Pialat et Cinématon, filmée à Paris le 18 janvier 2001, à une deuxième, Vincent Nordon vous salue bien, le 31 octobre 2010 et à une troisième, Vincent Nordon, Roland Barthes et Ça/Cinéma, le 23 décembre 2010, toutes deux filmées à Selongey, en Bourgogne, où le cinéaste s’est retiré de la vie parisienne en 2005 dans le village de sa naissance.

Dans ce quatrième opus, divisé en trois parties, Vincent Nordon raconte d’abord comment il a pu se faire donner une somme importante d’argent par l’un des héritiers de la société SEB pour financer la société de production Cinéma 9 de François et Pierre Barat qui produisit quelques fleurons du cinéma indépendant français des années 1970, notamment Son nom de Venise dans Calcutta désert de Marguerite Duras et Zoo zéro d’Alain Fleischer.

La plus grande partie de cet entretien avec Vincent Nordon concerne Kenji Mizoguchi, le maître du cinéma japonais considéré par Vincent Nordon comme un grand cinéaste politique.

Dans une troisième partie, Vincent Nordon, qui a vécu plusieurs années au Japon avec sa femme japonaise Tomoko, nous raconte la vie au pays du soleil levant et l’importance que ce pays a eu dans son existence.

Cet entretien est le premier à ne pas avoir été filmé chez le cinéaste et écrivain. L’enregistrement a eu lieu au café La Grande Taverne, à deux pas de l’hôtel où Brigitte Bardot et Robert Hossein se rencontrèrent dans Le Repos du guerrier, tourné en avril 1962 à Dijon.

Critique >>>

CAUSERIES AVEC VINCENT NORDON

Il serait assez simple de dresser une petite typologie des carnets filmés de Gérard Courant. Il y a ceux qu'il consacre tout simplement à des lieux, à l'image de ses déambulations (en un unique plan-séquence ou pas) dans des villes aussi diverses que Paris, Lyon, Dijon ou Dresde. Il y a ensuite ceux où Courant filme son quotidien et qui sont certainement ses films qui se rapprochent le plus du « journal intime » : impressions de festivals ou de voyages, instantanées de vie, rencontres diverses... Il y a ceux où le cinéaste enregistre plus précisément des personnalités en train de s'exprimer : Luc Moullet ou Philippe Garrel lors de débats cinéphiles, Dominique Noguez dissertant sur des écrivains ou encore Ingrid Caven évoquant ses collaborations avec Werner Schroeter et Daniel Schmid...

Enfin, la dernière catégorie de ces carnets pourrait être regroupée sous le terme générique de « causerie ». Il s'agit, cette fois, de tête-à-tête entre le cinéaste et la personnalité filmée. L'entretien est parfois très classique (lorsque Courant interroge Garrel et Schroeter afin de préparer les ouvrages qu'il a consacrés à ces cinéastes). Il peut aussi s'agir d'une simple discussion amicale où la forme « journalistique » disparaît au profit d'une conversation à bâtons rompus.

Les quatre carnets filmés que le cinéaste a consacrés à Vincent Nordon relèvent bien évidemment de cette catégorie. Régulièrement, Gérard Courant se rend à Selongey (ou Dijon) pour filmer Nordon et c'est toujours avec le même plaisir qu'on reprend le fil d'une conversation qui ne semble s'être jamais arrêtée.

Je ne reviens pas en détails sur les trois premiers films puisque j'en ai déjà parlé précédemment. Dans un premier temps, Nordon revient sur ses années d'assistanat avec Straub et Pialat. Puis 10 ans plus tard, il évoque son projet de livre sur les époux Straub (Vincent Nordon vous salue bien) tandis que dans un troisième temps, Courant l'interroge sur les années Ça/Cinéma et sur Roland Barthes.

Dans ce quatrième épisode, Nordon commence par évoquer la production du film de Marguerite Duras Son nom de Venise dans Calcutta désert par les frères Barat puis les ennuis que connut la petite société qu'ils avaient montée (Cinéma 9) lorsque Alain Fleischer dépassa le budget alloué pour Zoo Zéro. Cela donne lieu à un récit très amusant où Nordon explique la manière dont il alla démarcher un ancien camarade de classe, héritier de la fameuse société SEB implantée à Selongey, pour récupérer de l'argent.

Je le répète : Vincent Nordon est un excellent conteur et ses souvenirs sont toujours passionnants. Après avoir évoqué les aléas d'une petite société de production, il revient sur sa découverte du cinéma japonais (la projection, non sous-titrée, du Héros sacrilège de Mizoguchi à la Cinémathèque de Langlois). Et tandis que Courant fait défiler en surimpression un autre film du grand cinéaste japonais (L'impératrice Yang Kwei-Fei), Nordon raconte sa découverte du Japon où il vécut deux ans, tente de définir le cinéaste le plus digne de représenter « l'âme japonaise », donne un petit coup de griffe par ci (Kitano est qualifié de « sombre crétin ») et un coup de cœur par là (ce sentiment de sécurité qui règne au Japon et que j'ai découvert, pour ma part, en allant en Corée).

Ce qu'il y a de passionnant dans ces conversations où Courant réinvente en quelque sorte les cafés littéraires d'antan, c'est que ce qu'elles pourraient avoir d'anecdotiques (après tout, Nordon n'est pas une « célébrité » et ses souvenirs ne pourraient regarder que lui) devient universel. D'une part en raison de la forte personnalité de Vincent Nordon (son sens de l'humour, sa grande culture, ses emportements homériques), d'autre part, parce que ses souvenirs sont liés à toute une époque du cinéma (les batailles cinéphiles, les avant-gardes, le désenchantement post-68...) et Courant ne cesse, à travers son œuvre, de conserver des traces de cette époque. A la fin de leur conversation, les deux compères se retrouvent sur la notion de Beau et cette manière dont elle a disparu de France depuis 1789 (ou table rase et modernité semblent désormais les deux seuls moteur de l'Histoire).

Ceux qui ne pensent que de manière binaire et schématique y verront des propos « réactionnaires » alors qu'ils prouvent seulement l'idéalisme et le romantisme de ces deux personnalités singulières que sont Courant et Nordon...

(Docteur Orlof, Le Blog du Docteur Orlof, vendredi 22 février 2013)



UNE INCURSION DANS LA MÉMOIRE DU TEMPS PERDU

Je viens de revoir, à travers la caméra de Gérard Courant, Vincent Nordon parler d'un certain nombre d'anciennes connaissances que j'ai pu côtoyer dans mes heureuses années parisiennes : François et Pierre Barat, Joël Farges, Marguerite Duras, Alain Fleischer, l'inoubliable Catherine Jourdan et autres... Il ne manquait que Gérard Leblanc... Merci pour cette agréable incursion dans la mémoire du temps perdu...

(Rui Nogueira, 4 septembre 2014).

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.