image du film.JOSEPH MORDER À MADRID, LA NEIGE À MONTREUIL (CARNET FILMÉ : 30 novembre 2010 – 8 décembre 2010)

Année : 2010. Durée : 1 H 01'

Fiche technique :
Réalisation, concept, image, son, montage : Gérard Courant.
Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, La Fondation Gérard Courant.
Interprétation : Joseph Morder.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 30 novembre 2010 au 8 décembre 2010 à Madrid (Espagne), Montreuil (France).
Format : Vidéo MiniDV.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Première présentation publique : 14 avril 2011, Gulf Film Festival, Dubaï (Émirats Arabes Unis) 2011.
Principaux lieux de projection :
Gulf Film Festival, Dubaï (Émirats Arabes Unis) 2011.
Sortie DVD : Éditions L’Harmattan, Paris (France), octobre 2012.

Présentation >>>

FRANÇAIS :

Joseph Morder à Madrid, la neige à Montreuil (30 novembre 2010 au 8 décembre 2010) est un épisode des Carnets filmés de Gérard Courant qui s’intercale entre Carnet de Nice (19 au 22 novembre 2010) et Ombres intérieures (10 au 13 décembre 2010).

Dans la première partie, le cinéaste se trouve à Madrid, avec Joseph Morder, grâce à une invitation du festival de cinéma Toma Única pour y montrer plusieurs de ses films. Pour Gérard Courant, c’est un prétexte à une déambulation dans la capitale espagnole et quelques visites à des restaurants et des bars typiques que lui fait connaître Joseph Morder, un habitué de la ville et où, lui, n’était plus allé depuis 20 ans !

Dans la seconde partie de ce feuilleton sans fin que sont les Carnets filmés (commencés en 1975 !), Gérard Courant a filmé la tempête de neige – la plus importante à Paris depuis janvier 1987 – du 8 décembre 2010 qui a paralysé la région parisienne.

ENGLISH

Madrid, a stroll in the Spanish capital with Joseph Morder followed by the snowstorm that paralyzed the Paris region on December 8, 2010.

Critique >>>

CE QU'IL Y A D'ÉMOUVANT, C'EST QUE LES IMAGES ABSTRAITES DE COURANT SONT TOUJOURS PRÉLEVÉES DIRECTEMENT SUR LE RÉEL

En 2010, c'est à Madrid que Courant filme son ami avec qui il a été invité à un festival. Cet épisode madrilène, qui deviendra une partie d'un beau carnet filmé intitulé Joseph Morder à Madrid, la neige à Montreuil (du coup, j'en ai profité pour le regarder entièrement), est finalement moins axé sur le cinéaste que sur la ville. Il permet de vérifier que le cinéma de Gérard Courant ne se réduit pas à un amoncellement de vidéos « domestiques » mais qu'il y a toujours chez lui un travail sur l'image (de très beaux plans montés au ralenti sur les lumières de la ville ou sur les flocons de neige tombant sur Montreuil) et sur les temporalités. Et ce qu'il y a d'émouvant, c'est que les images « abstraites » (parfois proche de l'art cinétique) qu'il arrive à produire sont toujours prélevées directement sur le Réel.

(Docteur Orlof, Le Blog du Docteur Orlof, 23 janvier 2013)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.