image du film.BENJAMIN CHANUT, COUREUR CYCLISTE INDÉPENDANT DANS LES ANNÉES 1950 (CARNET FILMÉ : 3 juin 2006)

Année : 2006. Durée : 1 H 04'

Fiche technique :
Réalisation, concept, image, son : Gérard Courant.
Interprétation : Benjamin Chanut, Gérard Courant, Patrick Leboutte.
Production : Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, la Fondation Gérard Courant.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 3 juin 2006 à Valence (France).
Format : Vidéo Mini-DV.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Première diffusion publique :
14 mars 2012, Site YouTube.
Principaux lieux de diffusion :
Site YouTube, 2012.

Présentation >>>

Benjamin Chanut, coureur cycliste indépendant dans les années 1950 est une discussion informelle entre Gérard Courant, Patrick Leboutte et l’ancien coureur cycliste Benjamin Chanut, natif du Cheylard, en Ardèche et installé, depuis son mariage au milieu des années 1950, à Valence.

La rencontre avec Benjamin Chanut a eu lieu dans le chef-lieu de la Drôme en marge de la manifestation Territoires, organisée au CRAC de Valence par Patrick Leboutte et Béatrice Darnal.

Benjamin Chanut raconte sa brève carrière de coureur cycliste indépendant au début des années 1950. Ce statut spécial et hybride d’indépendant permettait à ceux qui concouraient dans cette catégorie de pouvoir courir à la fois avec les professionnels et avec les amateurs. Il participa notamment à deux grandes épreuves professionnelles : le Circuit des Six Provinces (à deux reprises : en 1952 et 1954) et le Critérium du Dauphiné Libéré en 1953 (qu’il termina à la 55ème place), épreuve considérée comme la 4ème plus grande course par étapes au monde.

À l’automne 1954, il partit pour 30 mois de service militaire (1 an et demi en Allemagne et 1 an en Algérie) ce qui interrompit sa carrière.

Benjamin Chanut nous parle des courses auxquelles il participa, des coureurs de la région Sud-Est qu’il côtoya (Alexandre Sowa, René Rotta, Philippe Agut, Roger Rossinelli, Antonin Canavese) et de son amitié avec un autre Ardéchois, René Privat, dit la Châtaigne (ou le Gaulois) qui fut l’un des meilleurs cyclistes français à la charnière des décennies 50 et 60.

Cette rencontre fut l’occasion aussi de passer en revue un certain nombre de champions des années 1950 dont il eut, avec la plupart, la chance de rouler parmi eux : Pierre Brambilla, Jean Forestier, Rik Van Looy, Louison Bobet, Jean Brankart, René Hassenforder, Henry Anglade, Bernard Gauthier, Charly Gaul, Raphaël Géminiani, Lucien Teisseire, Pierre Molinéris, Pino Cerami, etc.

Benjamin Chanut, coureur cycliste indépendant dans les années 1950 est un témoignage précieux sur une époque du cyclisme où les valeurs étaient aux antipodes de celles d’aujourd’hui.

Critique >>>

DISCUSSIONS SAVOUREUSES

Comme je précisais dernièrement, de nombreux Carnets filmés de Gérard Courant sont postés régulièrement sur YouTube. Étant personnellement un amateur (certes fort modeste) de cyclisme, je me suis regardé trois de ses Carnets filmés portant sur le sujet. Gérard Courant est en effet un passionné de cyclisme (il aurait même tenté une carrière dans ce domaine), à l’instar de Luc Moullet dont je recommande le sympathique Parpaillon (une montée burlesque de cyclos d’un col et évoquant aussi la passion du vélo). Je guette la possibilité, bien entendu, de voir le film Chambéry – les Arcs, qui a été édité en DVD en 2011 : retour sur sa passion du vélo à l’occasion d’une étape du Tour de France où il y filme également des grands noms du cyclisme et d’autres passionnés tel que… le cinéaste Luc Moullet. En attendant, donc, j’ai visionné ces trois Carnets.

On finit en beauté avec ce Carnet de la même année, avec encore la présence du critique Patrick Leboutte. Je vous laisse savourer les discussions, à propos des années 50, mais aussi du cyclisme contemporain (ah ah ce retour sur Vinokourov ! Mais je suis d’accord avec Gérard Courant “il a la classe” et sa fin de carrière est une mauvaise nouvelle !)… La caméra est posée sur une table (fixée sur Chanut et Leboutte à tour de rôle) et ce sont les paroles qui émergent une fois de plus en guise de partage passionné du vélo. Incrustations d’images aussi en supplément aux récits.

(Citylightscinema, 5 juillet 2012)


 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.