image du film.UNE CÉRÉMONIE SECRÈTE (CARNET FILMÉ : 22 septembre 1996)

Année : 1996. Durée : 49'

Fiche technique :
Réalisation, conception, montage : Gérard Courant.
Image : Isabelle Fermon.
Son : Gérard Louis-Clément.
Interprétation : Jean-Marc Champeau, Alain Comte, Wasthie Comte, Gérard Courant, Jaques Dutoit, Dominique Laudijois, Marie Laudijois, Pierre Laudijois, Gérard Louis-Clément, Madame Louis-Clément, Emmanuelle Marcelot, Joseph Morder, Dominique Noguez, Julie Perry, Agnès Rabaté, Didier Serres, le chien Cado.
Production : Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, La Fondation Gérard Courant.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 22 septembre 1996 à Romorantin-Lanthenay (France).
Format : Beta.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Sortie DVD : Éditions L’Harmattan, Paris (France), octobre 2012.

Présentation >>>

Chaque année, les Morlocks se réunissent devant la gare de Romorantin pour remettre leur Grand Prix à une personnalité cinématographique dont l’action est en harmonie avec l’esprit et la philosophie Morlocks.

En cette année 1996, le cinéaste rochelais Jacky Yonnet est le bénéficiaire de ce prix à la fois tant convoité et tant redouté.

Ce rassemblement ne peut être ni raconté, ni photographié et ni filmé mais grâce à la grande bonté de Joseph Morder, l’inventeur des Morlocks, une caméra a été, de manière exceptionnelle, autorisée à filmer cette cérémonie très secrète et au rituel particulièrement bizarre.

Critique >>>

GÉRARD COURANT ET JOSEPH MORDER, HOMMES PRÉHISTORIQUES DU FUTUR

Chaque année, un mystérieux groupe (les Morlocks) se réunit devant la gare de Romorantin et attribue son Grand Prix à une personnalité du monde du cinéma. En 1996, Joseph Morder, Gérard Courant et l'écrivain Dominique Noguez remettent au cinéaste Jacky Yonnet ce trophée prestigieux.

En temps normal, cette cérémonie ne peut être ni photographiée, ni filmée mais cette année, les dogmes seront transgressés et Gérard Courant aura le loisir de rapporter un Carnet filmé de cette journée de septembre.

Au-delà du rituel de cette secte farfelue (on y verra les grands prêtres « Morlocks » se faire botter le derrière), Une cérémonie secrète est un document intéressant pour deux raisons. D'une part, parce qu'il prouve une fois de plus que Joseph Morder est un vrai pitre, profitant de la moindre occasion pour faire l'andouille. On s'en était rendu compte dans le beau « faux » documentaire que lui a consacré Courant (Le journal de Joseph M, dont j'ai déjà parlé ici) mais également dans les Cinématons et les nombreux Portraits de groupe dans lesquels l'auteur de Romamor a joué. Il faut le voir ici en caleçon de bain se mettre soudain à sautiller devant la gare de Romorantin ou ordonner les actions les plus saugrenues (embrasser la photo de Guy Pezzetta, membre « historique » du groupe « Morlock »).

D'autre part, il y a un passage fort intéressant du cérémonial où Courant et Morder reviennent sur les origines des « Morlocks », créatures venues du roman de H.G. Wells (La machine à explorer le temps) et qu'ils définissent joliment comme des « hommes préhistoriques du futur ».

Cette simple expression est peut-être celle qui résume le plus parfaitement l'œuvre de Joseph Morder, pionnier du journal intime au cinéma, et, par extension, celle de son « frère d'arme » Gérard Courant; obsédés qu'ils sont par l'archivage (pour le futur?) du temps présent.

Pour ces deux cinéastes, il s'agit de faire de leur vie une œuvre de cinéma. La caméra devient un stylo au service d'un journal intime permanent. Mais cette volonté « introspective » se double également d'un désir de témoigner et d'archiver. Pour prendre un exemple, Joseph Morder filme systématiquement depuis 1971 les défilés du 1er mai à Paris. En 1997, Courant lui consacre un carnet filmé brut de décoffrage intitulé Joseph Morder filme le défilé du 1er Mai où il se contente, caméra vidéo à la main, de suivre le cinéaste en train de filmer. Nous plongeons avec eux dans l'ambiance de cette manifestation, observant ici un slogan sur une pancarte; écoutant là le chant des manifestants ou le bruit des sonos. Nos deux compères tombent même sur le cinéaste Nicolas Philibert, lui aussi en train de filmer...

(Docteur Orlof, Le Blog du Docteur Orlof, 23 janvier 2013)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.