image du film.WERNER ET NENAD (CARNET FILMÉ : 6 et 7 décembre 2009)

Année : 2009. Durée : 1 H 16'

Fiche technique :
Réalisation, concept, image, son, montage : Gérard Courant.
Interprétation : Werner Schroeter, Carole Bouquet, Irena Bilic, Ana Otasevic, Cécile Zervudacki.
Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique, la Fondation Gérard Courant.
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Tournage : 6 et 7 décembre 2009 à Paris (France).
Format : Vidéo Mini-DV.
Cadre : 4/3.
Procédé : Noir et blanc et Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Première projection publique : 12 décembre 2010, Centre Pompidou, Paris (France).
Principaux lieux de présentation :
Centre Pompidou, Paris (France)
Festival d'Automne, Paris (France)
Sortie DVD : Avril 2012, éditions L’Harmattan, Paris (France).

Présentation >>>

Werner et Nenad est un épisode des Carnets filmé conçu en deux parties.

Dans la première, Werner Schroeter, invité par les Rencontres Paris/Berlin/Madrid, présente la carte blanche que lui a offert la manifestation: le film Winter Soldier réalisé par un collectif américain sur des vétérans du Vietnam qui racontent l’embrigadement et les atrocités qu’ils ont vues et vécues.

La seconde est la messe funéraire à l’église orthodoxe serbe de Paris en hommage au peintre Nenad Zilic décédé quelques jours auparavant.

(Gérard Courant)

Critique >>>

UN MOMENT UNIQUE

Mais le supplément le plus émouvant est sans conteste cet extrait de Werner et Nenad (2009) où Courant parvient enfin à capturer ce qu'il demandait à Schroeter en 1980 : son visage. A l'occasion de Rencontres cinématographiques, le cinéaste s'est vu offrir une carte blanche et a présenté un documentaire sur les vétérans du Vietnam (Winter soldier). Fatigué et vieilli, le cinéaste allemand présente le film et revient ensuite en parler avec Carole Bouquet, visiblement marquée par le film. Il ne s'agit de presque rien : une vingtaine de minutes où Schroeter et sa comédienne parle cinéma, fiction, documentaire et de la guerre. Mais c'est pourtant un moment unique.

C'était le boulot d'un cinéaste d'être là pour immortaliser ces instants : Courant l'a fait...

(Docteur Orlof, Le Blog du Docteur Orlof, 13 décembre 2012)



WERNER SCHROETER N'A RIEN PERDU DE SES CAPACITÉS D'INDIGNATION

En complément, l’une des dernières apparitions publiques du réalisateur dans le cadre d’une carte blanche offerte par le Festival international Paris/Berlin/Madrid en décembre 2009, où il présente Winter Soldier (1972), documentaire collectif qui a recueilli le témoignage d’anciens du Vietnam. Amaigri, visiblement affaibli, Schroeter n’a rien perdu de ses capacités d’indignation ni de sa passion de la beauté quand il évoque Poussière d’amour (1986), qui permit à nombreux d’entre nous de découvrir la soprano Anita Cerquetti. “Mes propres armes contre la barbarie”, dit Schroeter à propos de cette voix exceptionnelle.

(Jacques Kermabon, Bref, n°127, 21 décembre 2012)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.