image du film.COMPRESSION DE DERRIÈRE LA NUIT

Année : 2008. Durée : 3'

Fiche technique :
Réalisation, image, son, montage : Gérard Courant.
Interprétation : Boris Lehman, Amal Kharrat, Antoine-Marie Meert, Laurent d’Ursel, Gérard Courant, Dragoslava Koprivica, Daniel S. Schiffer, Alain Paucard, Frédéric Dutourd, Philippe Pastorino, Marc Cohen, Pierre Chalmin, Roland Castro, Jean-Marie Audigier, Odile Courant, Iris Czarnecki-Courant, Louison Czarnecki-Courant, Katja Sambeth, Joseph Morder, Dominique Noguez, Isabelle Fermon, Gérard Louis-Clément, Arnaud Mathey-Dreyfus, Ann Vorms, Jean-Daniel Bécache, Françoise Michaud, Marcel Hanoun, Estelle Courtois, Ann Arnold, Arnaud Boland, Éric Borg, Frédéric Bouglé, fils Londeix, Hugues Deltell, Claire Dumazé, Olga Jirouskova, Irène Lambelet, Georges Londeix, Bénédicte Mallet, Pierre Martot, Pierre Merejkowsky, Jean-Claude Moireau, Dominique Païni, Guy Pezzetta, Yves-Marie Rollin, Salah Sermini, Gérard Tallet, Raphaël Bassan, Mara Pigeon, Gwennaël Breës, Zouzou, Jackie Raynal, Serge Bard, Jacques Baratier, Caroline Garrel, Esther Garrel, Lina Garrel, Philippe Garrel, Garcia, Jacques Boissonnas, Laura Duke Condominas, Serge T, Caroline de Bendern, Sally Shafto, Jean-Paul Sarré, Catherine Baratier, Alain Dister, Patrick Deval, Ester de Miro, Marcel Mazé, Altinay Kislali, Camille Aubaude, Martin Gambier, Patrick Javault, Tatiana Kecojevic, Pierre Laudijois, Martin Laudijois, Dominique Laudijois, Robert Kramer (extrait de son Cinématon), Pip Chodorov.
Production : Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique.
Tournage : Bruxelles (Belgique), Gand (Belgique), Paris (France), le Vivarais (France), Burzet (France), le Beaujolais (France), Resson (France), Ankara (Turquie), Eskisehir (Turquie), Strasbourg (France), Nantes (France).
Distribution : Les Amis de Cinématon.
Format : Super 8 mm.
Cadre : 1,33.
Pellicule : Kodachrome.
Procédé : Couleur.
Collection publique : BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).

Présentation >>>

Compression de derrière la nuit est la réduction de l’épisode de mes Carnets filmés, Derrière la nuit de 1 heure 22 minutes en un film de 3 minutes.

Le film est « compressé » à la manière d’une œuvre d’Arman ou de César. Mais à la différence du travail de ces artistes qui compressaient des objets usuels, cette auto-compression réduit un objet purement artistique. Le tour de force et le pari de Compression de derrière la nuit a été de fabriquer une compression totale : dans ce film, il ne manque pas un seul plan du film original !

(Gérard Courant)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.