image du film.BURGUNDIA II (CARNET FILMÉ : 23 décembre 2007 au 28 décembre 2007) (5ème partie de la DÉCALOGIE DE LA NUIT)

Année : 2007. Durée : 1 H 02'

Fiche technique :
Réalisation, image, son, montage : Gérard Courant.
Production : La Fondation Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l’Art Cinématonique.
Musique : Élisa Point.
Tournage : 23 au 28 décembre 2007 à Avallon (France), Dijon (France), La Chaleur (France), Norges-la-Ville (France), Précy-sous-Thil (France), Sainte Magnance (France), Vitteaux (France), Cravant (France).
Distribution : Les Amis de Cinématon.
Format de tournage : Téléphone portable Nokia.
Cadre : 4/3.
Procédé : Couleur.
Collections publiques :
BNF (Bibliothèque Nationale de France), Paris (France).
Cinémathèque de Bourgogne-Jean Douchet, Dijon (France).
Première projection publique :
Cycle Journal filmé intime, cinéma Eldorado à Dijon (France), 22 octobre 2009.
Principaux lieux de diffusion :
Festival Journal filmé intime, Dijon (France) 2009.
Gulf Film Festival, Dubaï (Émirats Arabes Unis) 2011.

Présentation >>>

Burgundia II est le compte-rendu d’un retour aux sources : le film est un voyage en Bourgogne et à Dijon, ville où j’ai vécu de 1960 à 1975.

Burgundia II est la 5ème partie de la Décalogie de la nuit. Ces 10 parties ont toutes été filmées avec un téléphone portable, puis ont été transformées en images inversées - en négatif - et sont constituées d'une bande sonore faite de chansons et de musiques d'Élisa Point. De plus, chaque épisode existe en deux versions différentes. Dans la première, le film a été tourné à la vitesse normale et, dans la seconde, la bande image a été entièrement décomposée.

Burgundia II est une variation de Burgundia. Ce deuxième opus a été réalisé en deux étapes. Il y eut d’abord la réduction du film de 62 à 3 minutes et la création de Compression de Burgundia. Ensuite, à partir de cette compression, j’ai réalisé une opération de décompression pour revenir à la durée initiale, c’est-à-dire 62 minutes. Cette opération a bouleversé le rythme de la nouvelle version. Le film est devenu un fondu enchaîné continu de 62 minutes.

(Gérard Courant)

A journey through Bourgogne and Dijon where he lived for 15 years.

(G. C.)

Critique >>>

RETOUR EN BOURGOGNE

Plutôt que de faire de longues phrases pour définir ce que sont les Carnets filmés de Gérard Courant, contentons-nous de la présentation succincte qui ouvre chaque film de cette série :

« Commencés dans les années 70, les Carnets filmés de Gérard Courant sont des archives cinématographiques qui regroupent toutes sortes d’éléments épars : notes, croquis, esquisses, repérages, reportages, voire rushes ou films inachevés rassemblés, ici, pour former un ensemble proche de l’esprit d’un journal en littérature. »

Tourné avec un téléphone portable, Burgundia retrace un voyage en Bourgogne qu’effectua Courant à la fin de l’année 2007. Burgundia II est une autre version de ce carnet filmé puisque le cinéaste l’a, dans un premier temps, « compressé » pour en faire un film de trois minutes puis l’a « décompressé » pour revenir à sa durée initiale (1heure 2 minutes) ; opération qui a modifié le rythme de l’œuvre en donnant la sensation d’une décomposition du mouvement des images.

Lorsque Courant commence par filmer une rue d’Avallon (dans l’Yonne) de la même manière qu’il filmera Dijon dans Promenade dans les lieux de mon enfance dijonnaise (mêmes images en négatif), j’avoue avoir eu un peu peur d’un effet de saturation. Et pourtant, au bout de quelques minutes, j’étais totalement sous le charme de ces images semblant sortir d’un film de science-fiction (plutôt Alphaville que Lucas, nous sommes d’accord !) et envoûté par le rythme très particulier de l’œuvre et l’accompagnement musical d’Elisa Point.

Si Courant avait été dessinateur, Burgundia II serait une sorte de carnet de croquis pris sur le vif, des dessins crayonnés le temps du voyage : après Avallon, nous voilà sur la route qui mène de Paris à Dijon. Le cinéaste retrouve ensuite la capitale des ducs de Bourgogne (qu’il ne filme pas, cette fois, en un unique plan-séquence), les bords du lac Kir et la campagne qui borde la ville.

Pour qualifier ses carnets filmés, Courant parle d’ « archives cinématographiques ». Là encore (au risque de me répéter), son geste renvoie aux origines du cinématographe et il y a chez lui une capacité d’émerveillement qui le pousse à tout filmer : des enseignes dans les rues dijonnaises (avec des associations facétieuses, notamment lorsqu’un Caractère d’homme succède à Women secrets), des branches d’arbres ployant sous la neige (certains courts passages ne sont pas en négatif), une route et la campagne française qui deviennent grâce au procédé du « négatif » des paysages lunaires assez fascinants ou ce qu’Alain Paucard définit comme « d’époustouflants tableaux pré-impressionnistes ».

Mais Courant ne se contente pas « d’enregistrer » les choses qui se présentent à ses yeux et c’est sans doute ça qui fascine le plus dans son cinéma. Ce que ces dispositifs pourraient avoir de « plats » (le sempiternel refrain du « tout le monde peut le faire ») sont transcendés par la manière dont il parvient à lester ses images de réminiscences intimes (d’où cette désignation de « journal »).

Lorsqu’il arrive à Dijon, le cinéaste nous apprend qu’il a autant haï cette ville qu’il l’a aimée (c’est un sentiment que doivent connaître beaucoup de dijonnais !). Avant de commencer à nous montrer les plans qu’il a tournés ici, il nous présente un extrait de The nutty professor de Jerry Lewis qui illustre parfaitement l’ambivalence des sentiments de Courant pour cette ville. Il s’agit d’un détail mais toute son œuvre est marquée par cette volonté d’inscrire de l’intime dans ce qui se présente comme un simple enregistrement du « Réel ».

On constatera, encore, dans Burgundia II, la quasi-absence d’êtres humains, comme si le monde s’était dépeuplé et que n’existaient plus que des villes de fantômes (c’est ainsi que sont titrés certains de ses carnets filmés dont je vous reparlerai à l’occasion). Il ne reste alors plus qu’un monde rendu à sa beauté originelle et un cinéaste, accompagné par les accords mélancoliques d’Elisa Point, qui cherche à en fixer quelques traces pour l’éternité…

(Docteur Orlof, blog Le blog du Dr Orlof, 12 décembre 2009).

 


gerardcourant.com © 2007 – 2017 Gérard Courant. Tous droits réservés.